Formindep

Formindep

Présentation du Formindep

Une convention  a été signée entre l’ISNAR-IMG et le Formindep en 2018. Notre structure n’est sans doute pas connue par l’ensemble des membres de l’ISNAR-IMG, nous pensons donc souhaitables de faire une courte présentation de nos valeurs et de certaines de nos actions.

1) Ce que nous sommes, ce que nous ne sommes pas

Un bon soin est un soin nécessaire, fondé sur des preuves scientifiques, et correspondant au choix éclairé du patient.

Nous combattons les influences qui s’opposent à cet objectif de soin, notamment l’interférence d’intérêts commerciaux ou d’injonctions administratives dans la formation et l’information médicales, ainsi que dans la chaîne de soins.

Nous souhaitons développer l’esprit critique, des soignants comme des patients, pour que les décisions de soins soient fondées sur les données de la science et les choix des patients, et non sur des discours biaisés en faveur d’un intérêt qui n’est pas le leur.

Nous ne délivrons pas de consignes. Trop de parties s’arrogent le droit de décréter de façon péremptoire, sur la foi de simples arguments d’autorité, quelle est la « vérité », ce qu’il convient de penser, de décider, de choisir pour sa propre santé. Nous pensons que le scepticisme est bon pour la santé. Nous souhaitons faciliter l’accès aux informations les plus fiables et aux outils d’analyse permettant aux soignants et aux soignés d’être les auteurs de leurs décisions.

Nous refusons la peur, outil premier de manipulation des patients comme des soignants. Nous déplorons que les autorités, les industries de santé, et jusqu’aux associations de patients recourent trop fréquemment à la peur.  Peur du cancer agitée pour promouvoir des dépistages au bénéfice peu établi, peur des produits de santé agitée par des charlatans pour les précipiter vers des « alternatives » illusoires voire dangereuses. A la peur nous souhaitons répondre par une information indépendante, claire et neutre qui permette au patient d’exercer son choix libre et éclairé.

Nous ne sommes pas anti-industrie pharmaceutique.
Parmi ces influences délétères, l’industrie pharmaceutique est de loin la plus puissante, mais elle n’est pas la seule.  Nous combattons ces influences d’où qu’elles viennent. L’Assurance Maladie elle-même peut parfois agir contre l’intérêt des patients (objectifs administratifs, financiers, se traduisant par des incitations et injonctions dans les soins). Et de nouveaux intérêts exercent une influence grandissante (industrie des dispositifs médicaux, exploitants de données de santé, assureurs).

Nous ne promouvons pas les médecines « alternatives ».
Pour le Formindep, un bon soin doit être fondé sur les meilleures preuves scientifiques. Les « médecines douces » doivent être évaluées comme toute autre thérapeutique.

A défaut, elles ne peuvent constituer une réelle alternative pour le patient.

2) Certaines de nos actions

La première action du Formindep a été d’obtenir les décrets d’application de la loi Kouchner de 2002 par le biais d’un recours devant le Conseil d’État en 2007. Ces décrets rendaient obligatoire la déclaration des liens d’intérêts des médecins lorsqu’ils parlaient de médicament en public.

En avril 2008, un an après la parution des décrets d’application de la loi sur la transparence de l’information, le Formindep a voulu vérifier l’application de cette loi. Une enquête en plusieurs étapes. Le constat est sans appel : la loi n’est pas respectée par les médecins et leurs ordres professionnels pourtant chargés de son application. Sur la base de cette enquête l’UFC-Que Choisir porte plainte en avril 2009 contre 9 médecins leaders d’opinion ayant des liens d’intérêts majeurs avec l’industrie pharmaceutique.

Le Formindep a fait d’autres recours devant le Conseil d’État, en lien avec des recommandations de la Haute Autorité de Santé. En effet, celle-ci n’avait pas respecté son propre code déontologie qui stipule que les présidents des groupes de travail élaborant les recommandations de bonnes pratiques ne peuvent avoir de conflits d’intérêts majeurs. Ceci n’était pas le cas pour les recommandation sur Alzheimer et sur le diabète, qui furent abrogées par le Conseil d’État en 2011. Le Formindep fit de même pour la recommandation concernant les dyslipidémies, la HAS décidé de la retirer d’elle-même en 2018.

Depuis 2011, le Formindep s’est également engagé dans la formation initiale, en allant au contact des associations d’étudiants et en travaillant avec quelques enseignants désireux d’approfondir les questions liées à l’influence des firmes et aux moyens d’y faire face. Le Formindep conduit les classements des facultés et des CHU en fonction de leurs politiques de gestion des conflits d’intérêts depuis 2017. Le Formindep a soutenu financièrement le lancement du livret de la Troupe du Rire « Pourquoi garder notre indépendance face aux labos pharmaceutiques », ainsi que d’autres initiatives étudiantes. L’association cherche à faire connaître ses actions à l’international, à travers le réseau No Free Lunch et les associations internationales d’étudiants en médecine (IFMSA et EMSA).

Pour plus d’informations : https://formindep.fr

Nous réalisons aussi une veille des articles scientifiques et des actualités via notre compte Twitter : https://twitter.com/Formindep