Fin des déserts médicaux en 2025 ?

Lyon – 1er juin 2017

Fin des déserts médicaux en 2025 ?

La question de l’équité d’accès aux soins dans les territoires reste prégnante. Nos concitoyens s’inquiètent. La période électorale est propice aux promesses magiques déconnectées de la réalité du terrain. L’ISNAR-IMG appelle au contraire à continuer le travail concerté pour des solutions pérennes d’autant que l’embellie attendue pour 2025 se confirme.

Deux outils indispensables et complémentaires pour comprendre les enjeux démographiques auxquels notre système de santé devra faire face dans les prochaines décennies viennent de paraître.

La DREES [1] a récemment publié une étude relative aux « médecins d’ici à 2040 ». Elle met en avant le fait que la densité médicale « baisserait de 3,27 à 3,18 médecins pour 1 000 habitants entre 2015 et 2021, atteignant à cette date un point bas égal à la densité de 2006, avant de remonter pour retrouver en 2028 le niveau de 2015. En 2040, la densité de médecins serait supérieure de 18 % à la densité de 2015 ».

En parallèle, le Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) a mis en ligne une cartographie interactive[2] permettant de retrouver en quelques clics les principales informations relatives à la démographie médicale avec une précision allant jusqu’au bassin de vie. Cet outil permet de mieux connaître la réalité de chaque territoire. Il confirme l’importance de repenser les parcours de soins, mais aussi une partie des mesures incitatives à l’installation, au regard des territoires. L’ISNAR-IMG rappelle simplement au CNOM que la régionalisation des Epreuves Classantes Nationales, qui permet l’accès à l’internat, serait un retour en arrière majeur sans solutionner ni le problème des capacités de formation ni celui de la répartition des futurs installés.

L’augmentation à venir de la densité médicale ne résoudra pas seule la problématique d’un meilleur maillage territorial de l’offre en soins de premier recours. Une meilleure densité ne rime pas nécessairement avec une plus grande offre de soins.

Il reste donc indispensable d’accélérer la mise en place d’actions ambitieuses et innovantes tant en matière de découverte des territoires et des exercices lors de la formation que d’organisation des parcours de soins en développant par exemple l’interprofessionnalité.

Les futurs médecins généralistes connaissent la responsabilité qui est la leur dans l’obligation d’inventer et de s’investir dans des solutions performantes. L’ISNAR-IMG entend bien accentuer le travail en cours avec l’ensemble des acteurs concernés et continuer à porter ses propositions qui se montrent efficaces.

Pour le Bureau de l’ISNAR-IMG,

Stéphane BOUXOM, Porte Parole.

 

Version PDF de l’article

 

Contacts Presse :

Camille TRICART – Présidente | 06 73 07 53 01 – president@isnar-img.com

Stéphane BOUXOM – Porte Parole | 06 73 07 52 85 – porteparole@isnar-img.com

 

[1] Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques : Les médecins d’ici à 2040 : une population plus jeune, plus féminisée et plus souvent salariée, Mai 2017, n°1011

[2] https://demographie.medecin.fr

 

  • // Fin Digi Change-->