Les responsables marketing de l’industrie du médicament se servent beaucoup des « leaders d’opinions ». Leur message, appuyé par la reconnaissance scientifique de leur statut d’expert dans la spécialité, a plus de portée que s’il était porté par un employé d’une firme pharmaceutique.

L’influence sur nos prescriptions quand nous participons à de telles réunions est démontrée :  par exemple aux USA, les médecins qui avaient assisté à des conférences données par un médecin payé par le promoteur du VIOXX prescrivaient en moyenne l’année suivante 624 dollars de VIOXX de plus que les médecins n’y ayant pas assisté.

Il est donc préférable d’éviter poliment de telles présentations, et si c’est impossible, toujours vérifier par la suite les recommandations. Il peut s’agir des “recos” officielles, mais les moins à risque d’être teintées de conflits d’intérêt restent celles émanant de sources indépendantes.

 

  • (Hensley S, Martinez B (2005). New treatment: To sell their drugs, companies increasingly rely on doctors. For $750 and up, physicians tell peers about products. Wall Street Journal, (New York), 15 July 2005:A1
  • https://doi.org/10.1002/14651858.CD000125.pub5
  • Gøtzsche et al., 2009; Murray et al., 2010